Gyokko Ryu Kosshijutsu  XII ième Siècle

 
Actuel Soke : Sensei ISHIZUKA
​​

Gyokko-ryū (玉虎流?, « l'école du tigre de jade ») est une école de kosshijutsu (骨指術?), shitōjutsu (指頭術, « utiliser les doigts pour frapper »?), kenjutsu et bō-jutsu. On rencontre parfois le terme Gyokko-ryū ninpo, car elle comportait autrefois des enseignements sur le ninjutsu. Si l'on en croit l'édition de 1968 du Bugei Ryuha DaijitenMasaaki Hatsumi n' est plus l'actuel soke de cette école ( il vient de la léguer à Sensei ISHIZUKA), titre qui lui a avait été transmis par son professeur Takamatsu Toshitsugu

 Il est dit au sein du Bujinkan que Cho Gyokko (Ikai) importa cette école chinoise au Japon à la fin du règne de la dynastie Tang et quelle serait passée de génération en génération jusqu'à aujourd'hui. Pendant l'ère Tenmon, Sakagami Taro Kunishige développa le Gyokko-ryū qu'il enseigna à Sakyo Isshinsa. Ce dernier développa le Gyokko-ryū kosshijutsu et créa par la suite l'école Kotō-ryū (虎倒流?). Il transmit ces deux écoles à Momochi Sandayu, qui les introduisit au sein de l'Iga-ryū. Elles y furent maintenues jusqu'à la fin de la période Tokugawa (milieu du xixe siècle). Les techniques de Gyokko-ryū et Kotō-ryū servirent de bases aux techniques qui formeront plus tard le Togakure-ryū.

Les techniques sont, à quelques détails prés, divisées en trois catégories :

  1. mains nues contre mains nues

  2. mains nues contre kodachi (sabre court)

  3. mains nues contre sabre.

Koto Ryu Koppojutsu    XIII ième Siècle

 
Actuel Soke : Sensei NOGUCHI

L’école " Pour abattre le tigre " n’a pas vraiment d’origine exacte. Comme Gyokko Ryu, on pense qu'il est originaire de Chine, amené au Japon par un moine appelé Chan Busho, mais quand, ou même si cela est vrai, reste un mystère. Cela rend difficile de vraiment dire ce qui l'a influencé du point de vue du kung-fu chinois. D'une part, la mode linéaire de Koto Ryu indiquerait quelque chose d'origine Xing yi, 

Le premier Soke du Koto Ryu; Sakagami Taro Kunishige, est datée du XVIe siècle. Il pourrait également provenir facilement d'un moine, le Xing yi étant un système martial taoïste populaire.

Le deuxième Soke de Koto Ryu était censé être Bando Kotaro Minamoto Masahide, mais malheureusement, il a été tué au combat vers 1542. Par conséquent, le navire a passé à Sougyoku Kan Ritsushi, qui était le Soke de 17e génération de Gyokko Ryu. Depuis, les Koto Ryu et Gyokko Ryu suivent la même lignée. Traditionnellement, seul le prochain soke apprenait le Koto Ryu, alors que n'importe quel étudiant aurait pu apprendre le Gyokko Ryu. Cependant, il existe des cas où de nombreux ninja connaissent les deux, il semblerait donc que ce ne soit pas une règle ferme. Koto Ryu est une discipline de nature dure, donc elle nécessite vraiment un conditionnement et un entraînement dur. Auparavant, cela se faisait en frappant et en frappant des pierres et du gravier. 

Contrairement au Gyokko Ryu qui joue plus avec les distances, Koto Ryu est très proche dans son exécution et est beaucoup plus offensif. L'orientation des attaques peut souvent être à 90 degrés par rapport à l'adversaire, donc le timing et le rythme du praticien doivent être excellents pour réussir.. 

Shinden Fudo Ryu      XII ième Siècle

Dakentaijutsu et Jutaijutsu

 
Actuel Soke : Sensei NAGATO

l existe en fait 3 styles différents d'art martial japonais qui utilisent le titre Shindenfudo Ryu, ce qui signifie l'école du cœur inébranlable (ou certains le traduisent comme l'école du dieu immobile). Ils sont composés de 3 makimono (densho). Deux de ces densho, Jutaijutsu et Dakentaijutsu sont enseignés dans le Bujinkan. Alors que la troisième école de Kempo est une école de jujutsu distincte et serait l'ancêtre de Bartitsu qui était une forme anglaise de légitime défense, rendue célèbre par Sir Arthur Conan Doyle, car elle était fictivement employée par Sherlock Holmes. Shindenfudo Ryu a une longue histoire au Japon. À l'origine, il s'appelait Shiden munen ryu. Les 3 principaux aspects de cette école étaient le yari (lance), Iai (dessin d'épée) de la longue épée et le taijutsu (mouvement du corps). D'autres sources affirment qu'il s'appelait Ban Shinden Ryu et remontait au 8ème siècle, et qu'à un moment donné il a été renommé Seisin ou Shoji Fudo Ryu. Il existe un certain nombre de conjectures quant à la personne qui a réellement fondé ShindenFudo Ryu, mais rien n'est certain, car les nombreuses sources sont incohérentes. Cependant, ce qui est souvent convenu, c'est que le créateur avait appris le kempo chinois. Quel style de Kempo chinois, nous ne pouvons pas être sûrs, mais le mouvement de ShindenFudo Ryu est très similaire au Baji Quan classique à bien des égards. En fait, la toute première technique du Dakentaijutsu; Nichigeki, est Baji Zhan, la position la plus fondamentale de Baji Quan ou Bazi Quan, car elle aurait probablement été appelée à l'époque. La dernière partie du Densho est écrite en chinois, pas en japonais, lors de la description des armes. Nous pouvons donc voir l'influence flagrante des arts martiaux chinois sur ce style. Quoi qu'il en soit, le premier siège officiel de l'école de Dakentaijutsu a été Izumo, Kanja Yoshiteru (Kumano) -Yeikyu (1113 AD) qui était également la seule de Kukishinden Ryu, et pour Jutaijutsu, le premier était Shigemura Masahide qui était le prêtre en chef de un sanctuaire shinto au XIIe siècle. Il a enseigné à son élève, Asashina Goro Minamoto-no-yoshihei, qui a d'abord intitulé l'école Shinden Fudo Ryu Jutaijutsu.

Toda a en fait écrit 5 règles pour Shinden Fudo Ryu qui devraient être respectées par le pratiquant de l'école: 1. Sachez que l'endurance est simplement une bouffée de fumée. 2. Sachez que la voie des hommes est la justice. 3. Oubliez le cœur de la cupidité, du confort et soyez autosuffisant. 4. Il faut considérer à la fois la tristesse et la méchanceté comme des lois naturelles, et juste gagner l'illumination du cœur immuable. 5. Dans votre cœur, ne quittez jamais les voies de la loyauté et du respect des parents. Aspirez à apprendre à la fois la plume et l'épée.

Togakure Ryu Ninjutsu   XIII ièeme Siècle

 
Actuel Soke : Sensei Takumi Tsutsui 

Le Togakure Ryu (l'école de la porte cachée) est l'une des plus anciennes écoles ninja encore en existence. Soi-disant, il y avait plus de 70 écoles ninja à la fois, dont la plupart ont disparu, mais elles étaient toutes grandement influencées par les techniques et les compétences du Togakure Ryu. Togakure lui-même était composé d'une variété d'arts martiaux vers la fin du 12ème siècle, par son fondateur Daisuke Nishina, qui changea plus tard son nom en Togakure, le village d'où il était originaire. En fait, il n'était pas seulement influencé par d'autres arts martiaux, mais par l'éducation, la culture et la compréhension des migrants chinois, coréens, ascètes, moines bouddhistes, taoïstes, agriculteurs, voleurs, pirates, magiciens et toutes les manières du particulier et persécuté par les japonais conservateur. Daisuke Nishina était un serviteur samouraï de Minamoto no Yoshinaka, de Nagano, un général qui a capturé Kyoto en 1182. Il changea son nom en Togakure, Daisuke a fondé l'école de Togakure et par conséquent au fil des ans, Iga, est devenu l'un des deux domaines les plus prolifiques du ninpo (l'autre étant Koga).

En fait, le nom de l'école n'a commencé à être utilisé comme nom que six ou sept générations après la fondation du ryūha. Bien sûr, c'est le nom d'un village, ce qui signifie la "porte cachée" ou la "porte qui cache quelque chose". Cela vous indique tout ce que vous devez savoir sur le type de mouvement nécessaire dans cette école. Cela doit être quelque chose que personne ne peut voir, ainsi que voir ce que l'ennemi cache, que ce soit une arme, une stratégie ou un point faible, tout en créant une porte pour cacher vous-même les choses. C'est la profondeur de Togakure-ryū, et c'est pourquoi il a de nombreuses armes cachées, et le movemnet est difficile à montrer, encore moins à écrire dans un densho! Lorsque Takamatsu sensei a commencé à étudier avec Toda sensei, il avait neuf ans. À cet âge, on peut au moins marcher avec beaucoup de compétence. Pourtant, la première chose que Toda aurait enseigné à Takamatsu fut l'art de marcher de Togakure-ryū, puis il commença plus tard avec le Gyokko-ryū plus connu. Mais c'est cette façon spécifique de marcher qui allait apprendre à Takamatsu comment rendre toutes les techniques invisibles.

Kumogakure Ryu Ninjutsu XVI ième Siècle

 
Actuel Soke : Sensei FURUTA 

Signifiant «École cachée dans les nuages», Kumogakure Ryu a été fondée par Heinaizaemon Ienaga Iga (du clan Iga) au milieu du XVIe siècle. Comme Togakure Ryu, qui a été jumelé avec Kumogakure Ryu par la famille Toda au 17ème siècle, c'est une école de pensée ninjutsu. Les deux écoles enseignent que la violence peut être évitée. Vous apprenez à suivre le courant afin de réaliser ce qui vous convient le mieux. Il s’agit de s’adapter à son environnement. Le Taijutsu (mouvement du corps) de Kumogakure Ryu est presque identique à Togakure Ryu. Soke Hatsumi a fait la démonstration du taijutsu Kumogakure dans le passé, qui rappelait de marcher en kimono féminin; les pieds faisant de petits pas, ce qui permet aux genoux de rester très rapprochés (pliés vers l'intérieur), protégeant l'aine. Ceci est bien sûr très similaire, sinon identique à Wing Chun Kung Fu.

Malgré les pieds serrés, le Kumogakure est connu pour ses grands sauts en combat rapproché. Takamatsu Sensei était réputé pour pouvoir sauter à 8 pieds de l'arrêt. Une autre compétence en taijutsu était l'utilisation de blocs doubles et de frappes, ainsi que des frappes contre l'avant-bras, encore une fois, similaires au Wing Chun Kung Fu. L'une des armes spéciales de l'école est le kamayari (une lance à barre transversale). Il s'agissait à l'origine d'un type de dispositif de prise pour grimper sur les navires, mais il s'est également avéré utile pour combattre les porteurs d'épée. Un ninja infâme appelé Sarutobi Sasuke qui était connu pour son incroyable capacité à sauter d'un arbre à l'autre, a utilisé le Kamayari afin de se balancer de branche en branche comme un singe.

Dans la même veine, l'Ippon Sugi Noburi (un tuyau métallique avec une chaîne extensible à l'intérieur et 3 griffes à l'extrémité) a été utilisé pour grimper aux arbres et comme arme flexible dans le Kumogakure Ryu. En plus de sauter à travers les arbres, les Ninja des Kumogakure porteraient des masques de démon pour effrayer leur opposition, et ils utiliseraient les cornes sur les masques un peu comme le ferait un animal; en frappant leurs adversaires. Ils utiliseraient également des torches qui brûlaient lorsqu'ils étaient mouillés et d'autres tactiques de survie pour les environnements extrêmes, les faisant apparaître comme des démons surhumains ou similaires à leurs rivaux. Ces types de tromperie et de jeux d'esprit étaient des outils courants pour le ninja

Gyokushin Ryu Ninjutsu XVI ième Siècle

Actuel Soke : Sensei KAN 

Cette école, qui est l'une des 3 écoles «ninja» (par opposition aux 6 écoles «samouraï» du Bujinkan). On pense que le fondateur de Gyokushin Ryu, Sasaki Goemon Teruyoshi, qui a fondé l'école au XVIe siècle, était originaire de la lignée Gyokko Ryu, ou qu'au moins les techniques du Gyokushin Ryu étaient basées sur les techniques du Gyokko Ryu. Gyokushin Ryu se concentre principalement sur le stratagème et l'espionnage, plutôt que sur le combat, ce qui est typique de la plupart des écoles de ninjutsu, car leurs techniques ont déjà été mélangées avec d'autres écoles de combat. Le fils de Sasaki Goemon, Sasaki Gendayu, était employé par les Daimyo de Kishu et était payé 200 Koku par an (un Koku était suffisant pour nourrir un homme pendant un an), ce montant a ensuite été porté à 400 Koku par an. Il est fort possible que, comme son père, il était hautement qualifié dans le Gyokko Ryu ainsi que dans le Gyokushin Ryu. Les pratiquants de Gyokushin Ryu sont également entrés en contact avec le Togakure Ryu, mais avec le temps, le Gyokushin Ryu s'est divisé en 3 directions différentes: Kosshijutsu (Ninpo Taijutsu), Koppojutsu et Jujutsu. Cependant, depuis leur séparation, les 3 écoles de Gyokushin n'ont eu aucun lien avec d'autres entre-temps.

Le Gyokushin Ryu était enseigné dans les fiefs Kishu et Takeda. Cela s'est peut-être produit dans les années 1600, et c'est alors qu'il est entré en contact avec le Togakure Ryu. On ne sait pas à l'ouest quelles sont les techniques de combat du Gyokushin Ryu. Tout ce qui est vraiment connu, c'est qu'il utilise des jets de sutemi. Ce que l'on sait, c'est que cette école se concentrait davantage sur le côté espionnage du ninjutsu, plutôt que de mettre autant l'accent sur le côté combat. Il a été dit que les spécialités de ce ryu étaient le fundus kusari, le ninjutsu, le koppojutsu, le jutaijutsu, le kenjutsu et le Iaijutsu, bien que nous n'ayons aucune confirmation à ce sujet. Hatsumi dit ceci à propos du Gyokushin Ryu dans son livre «Soumission de Ninja Hiden»… »C'est une faction du kosshijutsu et a été fondée par Sasaki Orouemon Akiyari. Une caractéristique du ryu se trouve dans le type d'armes qu'il utilise. Gyokushin Ryu est connu pour son utilisation supérieure du nagenawa; un lasso. " D'après le peu qui a été enseigné sur Gyokushin Ryu, le style semble être l'expansion et l'insertion dans le mouvement des adversaires ainsi que l'utilisation de la corde ou du lasso.  

En plus de ces deux affirmations sur le soke, le fondateur d'une autre école, Yoseikan, appelée Minoru Mochizuki, aurait basé les enseignements de son école sur Gyokushin Ryu Jujutsu. Kano Jigero, le fondateur de Kodokan Judo, était un ami de Takamatsu Sensei. Il est possible que Takamatsu ait enseigné au Kodokan en tant qu'instructeur invité et que ce qu'il y a enseigné était le Gyokushin Ryu. Cela rend également crédible la demande de Mochizuki. Il est né en 1907 et a commencé Budo à l'âge de 5 ans. Il a étudié de nombreuses choses telles que Gyokushin Ryu Jujutsu. À l'âge de 26 ans, il rejoint le Kodokan et, en 1928, il est promu Sandan. À cette époque, il vivait à Tsurumi. Mochizuki dit que les techniques de suitemi enseignées dans le nouvel art martial qu'il a créé, le Yoseikan (également basé sur le judo, l'aïkido, le karaté et le Katori Shinto Ryu), proviennent du Gyokushin Ryu. Mochizuki était un étudiant de Kano au Kodokan, et détient le rang de 8ème Dan en judo, il a donc probablement rencontré Takamatsu à un moment donné, mais il n'y a aucune garantie qu'il lui a enseigné le Gyokushin ou non!

Gikan Ryu Koppojutsu    XVI ième Siècle

Actuel Soke : Soke HATSUMI  

Le Gikan Ryu Koppojutsu est l’art le plus méconnu du Bujinkan et est souvent traduit par «L’école de la vérité, de la loyauté et de la justice». La principale raison en est peut-être que les techniques secrètes n'étaient transmises que d'un Soke au Soke suivant (ce serait souvent de père en fils). Gikan Ryu a été fondée au cours de l'ère Eiroku (1558 - 1570) par Uryu Hogan Gikanbo. Il était le seigneur d'Osaka actuel (alors connu sous le nom de Kawachi no Kuni). Son château était connu sous le nom d'Uryujo. Il était considéré comme un bon leader et un vrai guerrier. Il est considéré comme un artiste martial honorable qui s'est efforcé de garder le Japon en paix. Gikanbo est spécialisé dans le Koppo Jutsu (bris d'os), Hicho Jutsu (saut) et Senban Nage Jutsu (lancer de lame). Les styles de cette époque étaient généralement connus comme: Kosshi Jutsu, Koppo Jutsu ou Daken Taijutsu. Gikanbo a été fortement influencé par le style chinois de la ligne de Cho Gyokko (Gyokko Ryu Koppojutsu) et de la ligne Ikai. Des enseignements de Gikanbo vient le dicton: «Bufu Ni Sente Nashi (De ce côté-ci ne viendra pas la première frappe). C'est de là qu'il a développé Gikan Ryu Koppojutsu. Gikan Ryu koppojutsu contient des coups de pied secrets, des coups de poing et des lancers et la rumeur veut que Gikanbo ait développé un coup de poing spécial qui pourrait casser une épée en deux! Les notes ont été décernées par le système traditionnel japonais de menkyo à l'aide de parchemins pour: Shoden Gata, Chuden Gata, Okuden Gata, Kaiden Gata et autres.

Takagi Yoshin Ryu       XVI ième Siècle 

Jutaijutsu

Actuel Soke : Soke HATSUMI  

Les origines et l'histoire de cette école peuvent être quelque peu confuses, car elle combine les influences de plusieurs écoles et au fil du temps a été divisée en différentes directions et renommée de nombreuses façons différentes. En 1569, pendant l'ère Yeiroku (1568-1579), dans le Funagata Yama (zone de montagne) de Miyagi, il y avait un prêtre de montagne chinois, de la famille Abe, appelé Unryu (Cloud Dragon). Il était un expert en yari, shuriken, bojutsu, naginata et taijutsu de l'Amatsu Tatara Rinpo Hiden Makimono. Le rouleau Amatasu Tatara était conservé par les familles Abe, Nakatomi, Otomo et Monobe (la famille Takamatsu Sensei et la famille Kuki en possédaient également une copie). Le Dai Nippon Bugei Ryu-Ha donne le nom d'Unryu comme Sounryu. C'était un moine taoïste errant, vivant à Rikuzen Funagawa, non loin de la montagne Sanroku. Certains historiens ont déclaré qu'Unryu venait de Hieizaenji Yama à Kyoto. Il a étudié Sessho hiden no jutsu, un système qui utilise le yari. Le Sessho hiden no jutsu est également connu sous le nom de Juppo sessho no jutsu. Quoi qu'il en soit, s'il était un taoïste chinois et un maître de la lance, il est probable qu'il aurait fait l'expérience de Bazi Quan, qui s'appellerait plus tard Baji Quan. Puisque Baji est originaire de Wu dang (lieu de naissance du taoïsme) de diverses méthodes de qi gong, et les pratiquants de Baji Quan étaient également connus pour être des adeptes de la lance, je ne pense pas personnellement que ce soit trop loin, mais il est vrai que est encore une hypothèse. Ce qui est moins une hypothèse, c'est qu'intéressant, l'art de Tagaki Yoshin Ryu a évolué vers un style proche, en raison d'être pratiqué principalement dans les portes et a souvent été appelé «l'art du garde du corps», qui est identique à Baji Quan aujourd'hui.

Kukishinden Ryu     XII ième Siècle    

Happo Bikenjutsu

 
Actuel Soke : Soke HATSUMI  

Le Kukishinden Ryu est originaire de la période Kamakura (1184-1333) et son nom signifie «École des neuf démons divins». Le premier Soke enregistré était Yasushimaru Kurando Takazane qui vivait au début du 14ème siècle. Kurando était un samouraï au service de l'empereur Go-Diago qui a régné 1318-1339. Il a soutenu Go-Diago dans sa lutte pour le trône. L'empereur de Kuki (Neuf démons) lui a donc accordé le nom de famille - considéré comme un nom spirituel pour un guerrier spirituel. Soi-disant depuis lors, le personnel bo à Kukishinden a été enseigné de «9 façons avec 99 techniques». à la fois la guerre et la paix. Il y a maintenant 8 grandes sections dans le Kukishinden selon les denshos de Bujinkan, connues sous le nom de Happo (8) Bikenjutsu ou Hikenjutsu (Biken est une épée élaborée qui fait référence aux techniques de combat traditionnelles mais en constante évolution, tandis que Hiken est une épée secrète qui se rapporte à connaissances secrètes au sein de l'école)

Les 8 grandes sections sont: 1. Rokushakubo, Taijutsu, Hichojutsu, Maai (bâton de 6 pieds, mouvement du corps, techniques de saut et distance) 2. Gunryaku Tenmon Chimon (tactique militaire et stratégie de combat) 3. Jojutsu, Hanbojutsu (techniques de combat au bâton de 4 pieds et 3 pieds) 4. Bajutsu, Suijutsu, Kajutsu (Equitation avec tir à l'arc, techniques dans l'eau, le feu et les matières explosives) 5. Nawanage (techniques pour manipuler la corde) 6. Kenjutsu, Kodachi, Jutte, Tessen (épée longue, épée courte, broche / fourche en métal pour le désarmement de l'épée, ventilateurs) 7. Sojutsu, Naginata, Bisento (armes à bras longs comme la lance et l'épée lance) 8. Shuriken, Senban, Tokenjutsu (lancer des étoiles, lancer des lames carrées, lancer des couteaux) Hatsumi Soke a écrit cela; «Pour comprendre cette école, il est nécessaire d’établir une connexion entre le cœur et le subconscient car c’est l’exigence de base pour toutes les techniques. Lorsque nous pratiquons les techniques dans la nature, il est facile de les utiliser pour nous-mêmes. Nous laissons la nature dans sa pureté opérer sa magie sur nous et utilisons ce pouvoir pour en savoir plus sur nous-mêmes. »

Le kamae fondamental de Kukishinden est Seigan no kamae qui a le bras ou l'arme avant pointé vers les yeux ou le cœur de l'adversaire. Il y a aussi le principe que «vos propres yeux affaiblissent les yeux de l'adversaire» si vous gardez un contact visuel avec lui / elle. Le Taijutsu du Kukishinden Ryu provient de Yoroi Kumiuchi (matchs de lutte en armure) et donc au début les mouvements apparaissent plutôt lourds, encombrants et lents, mais en réalité ils sont très puissants et ciblés: Toutes les techniques servent à positionner l'adversaire dans une telle de façon à ce que des lacunes apparaissent dans son armure, il est limité dans sa liberté de mouvement et son équilibre n'est pas stabilisé.

jours d'ouverture pour le moment 

Vendredi soir 20h à Atousport Fitness à Hasparren 

Et Bientôt , salle Lilipéan à Bonloc le lundi soir ...

 

ADRESSE

Salle ATOUSPORT à Hasparren

Me Contacter en France 

06 31 31 30 95 

bujinkanpaysbasque@gmail.com

Site Amis
Site Annexe

La liste n'est pas exhaustive ... :) 

© 2023 by GbS Bujinkan Ninjas Euskal Herria